Founding Organizations

MedAgri NewsMedAgri NouvellesMedAgri أخبار

Formation menée par la FAO / BERD au Maroc pour des oliviers sains et productifs, Avril 2017

27/04/2017

Des sessions de formation/démonstration ont été fournies par une équipe de la FAO/BERD au profit d’agriculteurs et apprentis de la région de Meknès

Le fait de garder les oliviers correctement taillés peut accroitre les rendements et aider à éliminer les maladies et les ravageurs – Cela est essentiel pour un secteur oléicole sain.

En mars dernier, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD), en collaboration avec Interprolive, les associations marocaines de l’industrie de l’huile d’olive et le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime (MAPM), ont organisé une série de formation/démonstration d’une semaine sur les techniques de taille de l’olivier dans la région de Fès-Meknes, importante région oléicole au Maroc.

Des experts en culture oléicole de la région des Pouilles en Italie, ont été mobilisés  pour animer et encadrer cette formation/encadrement de plus de 300 agriculteurs, apprentis des instituts agraires, membres de coopératives et de groupes d’intérêt économique (GIE) au Maroc. Certaines séances se sont focalisées sur les entreprises du secteur privé et les fournisseurs de prestations de service de la taille de l’olivier. La formation s’inscrit dans le cadre d’une étude menée conjointement par la FAO et la BERD visant à soutenir le développement du secteur oléicole marocain, l’amélioration de la qualité des produits et sous-produits de l’olivier, l’efficacité et la productivité du secteur, la promotion du dialogue et la coopération entre les secteurs public et privé.

« L’augmentation de la productivité tout au long de la chaîne de valeur de l’huile d’olive, une meilleure qualité des produits et des institutions saines du secteur sont des facteurs essentiels pour accroître la compétitivité du secteur oléicole marocain, » a déclaré Mohamed Sadiki, Secrétaire Général du MAPM, qui a rendu visite à l’une des sessions de formation/encadrement. Il a ajouté qu’« un secteur oléicole solide peut également créer des emplois dans les zones rurales, ciblant particulièrement les jeunes et éventuellement les femmes».

Augmenter le potentiel des rendements

Les formations, organisées avec le soutien de la Direction Régionale de l’Agriculture de Fès-Meknes, se sont concentrées sur les systèmes de culture semi-intensifs, traditionnels et modernes.

Monsieur Vincenzo Petruzzella, l’un des experts italiens qui ont animé les sessions de formation/démonstration, a précisé que « ces systèmes de production et les conditions agro-écologiques ne sont pas très différents de ce que nous trouvons localement. Cependant, l’absence des opérations de taille pendant de nombreuses années à conduit à une mauvaise aération, et les arbres ne reçoivent plus assez de luminosité solaire, ce qui pourrait facilement engendrer des maladies cryptogamiques et réduire la production. »

Il a confirmé que grâce à de bonnes techniques de taille, les producteurs marocains cultivant principalement des variétés comme la picholine marocaine pourraient « améliorer considérablement la qualité de leurs huiles d’olive tout en augmentant les rendements d’olives de haute qualité », spécialement avec l’utilisation des bonnes pratiques culturales/agronomiques, y compris la préparation du sol, la fertilisation, le control et la lutte contre les ravageurs.


Une opération de taille adéquate permet d’éviter l’attaque de l’oloivier par des maladies et des ravageurs, tout en minimisant l’alternance de la production des oliviers, ce qui entraîne une variation importante au niveau des rendements d’une année à l’autre. Une bonne planification de la récolte des olives est considérablement importante pour garantir que la livraison d’olives sains et de bonne qualité aux unités de trituration.

Utilité d’un système de traçabilité et de qualité


La FAO et la BERD confirment leur soutien à appuyer Interprolive et le MAPM pour l’élaboration et l’adoption d’un système de traçabilité garantissant la promotion de la qualité des huiles d’olive marocaines.

Monsieur Ahmed Khannoufi, Directeur d’Interprolive, a souligné que « l’huile d’olive de bonne qualité commence par la production d’olives, mais il existe un bon potentiel d’amélioration de la qualité grâce aux systèmes de traçabilité qui couvrent toutes les étapes de la chaîne de valeur. Nous avons discuté avec les intervenants principaux de la mise en place de tels systèmes. » Une meilleure traçabilité peut aider le Maroc à relever le profil international de sa production oléicole. En mettant en évidence les propriétés uniques et la qualité de leurs produits, et par conséquent les producteurs marocains peuvent améliorer leur accès au marché.

« La consommation d’huile d’olive par habitant au Maroc est encore faible par rapport à la plupart des autres pays méditerranéens. Avec la croissance économique et une population jeune, le marché local est une bonne plate-forme sur laquelle les entreprises et les coopératives locales s’appuient pour augmenter leurs exportations », a signalé Monsieur Nuno Santos, économiste à la FAO. « La mise en place de systèmes de contrôle de la qualité innovateurs et efficaces au Maroc peut contribuer à accroître la crédibilité des produits locaux auprès des consommateurs marocains et internationaux, ».

Monsieur Giovanni Martellini, membre de l’équipe de la FAO / BERD et chargé de la qualité chez Oliveti d’Italia, l’un des plus grands et importants consortiums italiens des oléiculteurs, coopératives, moulins à huile et associations de producteurs, a évoqué un débat portant sur la meilleure façon de sensibiliser  les consommateurs sur la bonne qualité de l’huile d’olive.


« Il peut être difficile de communiquer de manière adéquate la qualité des produits, mais il existe une excellente opportunité pour le Maroc pour développer davantage un système de labellisation de qualité adapté localement, qui continuera à respecter le Conseil International de l’Huile d’Olive et d’autres réglementations internationales principales, » a-t-il déclaré.

La FAO et la BERD promouvront toujours le dialogue public-privé et la coopération pour un secteur plus fort, plus productif et plus compétitif au Maroc.

Pour plus d’informations, cliquez ici.